Et ben oui, petits chanceux qui lisez toutes ces choses passionnantes sur mon blog, encore un article de dinde qui raconte ses horriiiiiiiiibles maux de grossesse!
Bon en vrai, on sait toutes que je m’en fiche au final de ces petits tracas du moment que la petite souris va bien.
Mais je me dis que de l’écrire ça peut me rassurer et surtout ça pourra peut être servir à d’autres.

Bref, après trois mois et demi de santé idyllique, faut bien entasser les tracas les uns par dessus les autres. Les contractions suivent leur cours.
Mais voilà que débarquent les vertiges, malaises, ou un truc dans le genre.

Samedi matin, kermesse, de la chaleur, du monde, ma tête commence à tourner, mes jambes à flageoler (et pas flageolet, c’est pas pareil). Je m’assoie, ça passe. Ça me le refait une demi heure plus tard. Ma foi, on rentre, on passe le week-end tranquille.

Ce matin, je prends le métro. Du monde, de la chaleur, rien pour s’assoir, nausée soudaine, pas d’air, jambes en coton, les étoiles dans les yeux arrivent, mes oreilles se bouchent… Heureusement chéri était là et m’aide à sortir du métro pour m’assoir, sinon je tombais vraiment dans les pommes. Ça passe au bout de deux minutes, il y a de l’air, de le fraîcheur, ça va mieux.
Une demi heure après je dois reprendre le métro avec mon petit, je suis assise, ouf. Mais avant d’arriver, rebelotte. Bon, je sors quand même à temps avec mon petit et on s’assoie au frais quelques minutes.
Arrivée au boulot, je reste allongée depuis. Ça va mieux mais je me sens quand même à plat.

Bref, vivement le rdv Gyneco de demain soir. En attendant je vais éviter le métro, on va essayer le tram ce soir…

Publicités