20140303-174546.jpg

Non mais quelle journée pourrie.
« On vous appelle entre 11h et 14h ». Tu parles oui.
J’ai repris le boulot, je garde mes trois mioches, ça m’occupe un peu l’esprit. Trois heures de stress intense plus tard, toujours aucun appel, il est 15h45, je commence à appeler tous les numéros que je trouve, tout le monde me renvoie vers un numéro avec un répondeur qui me dit qu’ils ferment à 16h45. Ben alors pourquoi tu réponds pas put*in !!!!
Rien à faire, personne ne peut rien me dire, c’est pas comme si j’avais un possible transfert demain!
J’envoie des mails depuis une heures aux sages femmes pma qui ne répondent pas…

16h45, enfin le téléphone sonne. C’est la biologiste, qui s’excuse parce que sa collègue a eu un soucis et qu’elle lui a pas dit qu’elle m’avait pas appelé. Heureusement qu’il y a les mails, qu’elle me dit…
M’en fout, aboule le résultat!!

J’aurai pas dû être si pressée.
Y a un embryon qui est pas trop mal.
Un autre qui est un peu en dessous, des autres avec encore moins de cellules après. Je sais même pas le nombre précis qu’il reste. Bref, sale coup.
Je sais qu’il en suffit d’un et que je devrais pas déjà penser à ça, mais bon, je m’imagine déjà tout recommencer et bordal ça me fout grave les boules.

Ils m’appellent demain à 8h pour me dire si y a transfert demain, sinon peut être mercredi. Ou pas du tout…

La pression de la journée, les nouvelles pas géniales… J’arrête pas de pleurer.

Publicités