Parce que tu es ma moitié, la partie de moi sans laquelle je ne peux pas vivre.
Parce que ça fait douze ans que ça dure nous deux, douze ans qu’on s’est rencontrés, sur la route des vacances, au hasard total du chemin, à 400km de chez moi, à 50km de chez toi. Parce que j’étais bien mineure et j’ai menti sur mon âge, parce t’étais bien majeur et que tu as menti sur ton âge. Parce qu’on ne s’est croisé que deux jours et qu’on a échangé nos numéros au dernier moment. Parce qu’on s’est aimé dès le premier regard. Parce que moi la terre-à-terre, ça me donnerait presque envie de croire au destin. Toi ce hasard que j’ai épousé.
Parce qu’on était jeunes et qu’on a grandit ensemble.
Parce que même si beaucoup ne le comprennent pas, on n’aime pas être séparés, même le temps d’une soirée. Parce qu’on arrive pas à profiter des choses si on ne le partage pas avec l’autre. Parce qu’on est fusionnels et qu’on bavarde beaucoup. Parce qu’on se dit tout, tout le temps, parce qu’on se voit le matin, le soir, qu’on s’appelle et qu’on s’envoie plein de messages tous les jours, et que malgré tout ça on arrive à se manquer. Parce qu’on se touche, on se serre dans nos bras, on danse dans notre salon, parce que je rigole encore à tes blagues que les autres n’écoutent plus, parce que tu me prépares mon petit déjeuner le week-end. Parce qu’on se tiendra toujours la main dans la rue ou dans notre lit, parce ce qu’on est liés pour toujours.
Parce qu’on est pourtant si différents et qu’on se complète si bien. Parce qu’on a tout plein de défauts et qu’on se dispute parfois, même si ça ne dure jamais longtemps. Parce que tu peux être des fois tellement insupportable, mais presque toujours adorable.
Parce qu’on se connait par cœur et que tu sais pourtant si bien me surprendre avec des voyages, des week-end, des cadeaux, des restos, des fleurs. Parce que me rendre heureuse est ton unique préoccupation. Parce qu’on donnerait nos vies l’un pour l’autre.

Parce que tout s’était si bien déroulé jusqu’à maintenant et que depuis trois ans on traverse cette difficile épreuve inattendue. Parce qu’on voudrait ne faire qu’un dans un petit être qui nous ressemblerait. Parce qu’on se bat ensemble dans cette guerre pour être parents, cette guerre que personne autour de nous ne connaît, parce que pour eux c’est si facile. Parce que ce n’est pas juste. Parce que les étapes sont longues et douloureuses, parce que les échecs sont épuisants.

Parce que notre histoire ressemble à un conte de fée, parce qu' »ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants essayent très fort d’avoir un enfant ».

Et parce que tu te bats pour moi chaque jour, pour me réconforter, me consoler, me gâter, me motiver, me donner de l’espoir, me faire rire. Parce que tu m’aimes tellement fort. Parce qu’on a tellement de chance d’être tous les deux.

Je t’aime mon Valentin.

Publicités